Dans le garage d'insertion de l'Îlot, une personne condamnée à des Travaux d'Intérêt Général (TIG)
En TIG à l'Îlot

Travaux d'Intérêt Général : une main tendue pour s'en sortir

Tous les ans, l'association encadre une quarantaine de personnes condamnées à des Travaux d'Intérêt Général (TIG).
18
Jan
2016
Version imprimable

L'accueil et l'encadrement de personnes condamnées à des Travaux d'Intérêt Général (TIG) correspond au projet associatif de l'Îlot, pour qui cette peine alternative à la prison peut devenir une véritable chance de réinsertion.

Une convention entre les Services Pénitentiaires d'Insertion et de Probation (SPIP) de la Somme et l'Îlot permet aux personnes condamnées d'effectuer leur peine dans un cadre adapté.

En 2014, l'association a encadré 43 personnes condamnées à des TIG. Agées de 29 ans en moyenne, il s'agissait essentiellement d'hommes.

Aux Ateliers, des missions très variées

Un jeune dans la menuiserie d'insertion de l'Îlot, à AmiensLa plupart des personnes condamnées à des TIG ont purgé leur peine aux Ateliers de l'Îlot, dans le restaurant ou le garage. Certains de ces "tigistes" ont ensuite été embauchés en contrats d'insertion pour mener à bien un véritable projet professionnel.

Sur le site de l'association partenaire Chantiers-Passerelles, le jeune Thomas témoigne de son parcours, tandis que le responsable des Ateliers présente l'accompagnement des personnes en TIG à l'Îlot.

 

Un défi : purger sa peine en conservant son emploi

Un jeune fait le ménage dans l'une des maisons d'accueil de l'ÎlotCertaines personnes, moins nombreuses, ont effectué des travaux d'entretien et de ménage dans notre maison d'accueil des Augustins.

L'établissement étant ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, ces personnes ont pu effectuer leurs heures de TIG le week-end, lorsqu'elles avaient un emploi par ailleurs.

En 2016, l'association prévoit d'encadrer des personnes en TIG dans toutes mes maisons d'accueil à Amiens.

 

Pour aller plus loin

Convaincue que les Travaux d'Intérêt Général peuvent être une alternative crédible à la prison, l'association a accepté de témoigner pour L'imprévu, dans son dossier en ligne : Le travail d'intérêt général bien en peine paru le 15 janvier 2016.

 

 

En TIG à l'Îlot