Un nouveau dispositif d’accompagnement

Deux mois d’accompagnement intensif pour construire un projet professionnel, intégrer une formation ou trouver un travail. Tel est le nouveau défi de l’Îlot, qui mise cette année sur des actions d’insertion professionnelle courtes et condensées pour les 18-25 ans en aménagement de peine et en difficulté d’insertion.
28
mar
2017
Version imprimable

Faible niveau scolaire, manque d'expérience, difficultés familiales ou personnelles... beaucoup de jeunes sous main de justice se heurtent à ces obstacles au moment de chercher leur premier emploi.

Le nouveau programme de l’Îlot a été construit pour ceux d’entre eux qui souhaitent rompre avec la spirale de la récidive et bâtir leur avenir. Mis en place en octobre 2016 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) pour des jeunes en aménagement de peine, son objectif est double : offrir  des perspectives professionnelles motivantes et réalistes aux jeunes volontaires et leur donner, à plus grande échelle, les bagages nécessaires pour les éloigner de la récidive.

Le parcours de William

Séance de travail à l'ÎlotWilliam fait partie des six recrues de la seconde session du dispositif, qui a débuté en février. Condamné à quatre reprises pour de petits délits, il bénéficie actuellement d’un régime de semi-liberté qui lui permet de quitter la prison la journée pour se consacrer à son projet d’insertion dans les locaux de l’Îlot. Tests de personnalité, évaluation des connaissances, enquêtes de métiers... à travers un accompagnement poussé et personnalisé, il a déjà identifié ses potentialités et délimité le cadre de son orientation professionnelle.

Pourquoi un travail ? "pour avoir une petite vie, des enfants, gagner de l’argent propre comme tout le monde. Avoir un travail, c’est m’éloigner de la cité avant qu’elle ne me tue. Je suis fatigué. J’aimerais qu’on me regarde autrement dans la rue et qu’on m’appelle Monsieur".

Mourad, conseiller en insertion professionnelle du programme, est confiant : " le bon moment, c’est quand ils ont eux-mêmes le déclic. Ils sont heureux de venir travailler leur projet et veulent montrer qu’ils sont motivés".

Ensemble, ils ont mis en place un projet de formation. Le jeune homme avait des bases en restauration avant que les délits et l’incarcération ne l’interrompent. L’équipe de l’Îlot s’est assurée que le projet était à la fois réaliste et réalisable. En quatre semaines, les ateliers collectifs et entretiens individuels conduits ont permis à William de s’inscrire en CAP de cuisinier. Une orientation qui lui donnera accès à un titre professionnel reconnu.

Un programme très complet

Zoom sur une feuille de bilan tenue par un jeuneLe dispositif, qui se présente comme une plateforme d’orientation, s’adresse aussi aux jeunes dont le projet n’est pas clairement défini.

Pendant 2 mois, un groupe de 6 à 12 jeunes orientés par les Services Pénitentiaires d'Insertion et de Probation (SPIP) font le point sur leurs acquis, aptitudes et motivations.

Le conseiller d'insertion professionnelle de l'Îlot s'appuie sur une grande varité d'outils pour les accompagner : tests de personnalité, tests d’orientation professionnelle, bilan personnel et professionnel, étude de fiches métiers, enquêtes professionnelles...

Les résultats de cette démarche menée à la fois de manière sont mis en regard avec le contexte socio-économique et les difficultés personnelles de chacun. Des stages parachèvent si nécessaire le parcours.

Un programme à découvrir dans les Nouvelles de l'Îlot de mars 2017