Christian Vilmer

Ensemble, changer de regard

Quel bilan tirer de l'année 2014 ? Christian Vilmer, directeur général de l'Îlot, nous donne son point de vue à l'occasion de l'assemblée générale de l'association.
28
mai
2015
Version imprimable

 

Guillemets ouverts.Pendant les douze derniers mois, l’Îlot a vécu au rythme des changements imposés par son environnement extérieur et par les objectifs que s’est fixés l’association.

Citons notamment :

  • l’augmentation de la population carcérale, et celle du nombre de personnes accueillies en aménagement de peine à l’Îlot,
  • la baisse des financements publics mais l’intérêt croissant des fondations privées et des entreprises pour nos actions de réinsertion vers les sortants de prison,
  • la réticence des acteurs institutionnels vis-à-vis d’expérimentations un peu trop « hors cadres » et la difficulté à faire déboucher de nouveaux projets, mais l’implication forte, continue, jamais démentie, des bénévoles qui travaillent à leur mise en œuvre,
  • le constat d’une aggravation de la situation médicale des personnes lorsqu’elles sont accueillies à l’Îlot, et la capacité des équipes à y faire face grâce au développement de partenariats avec d’autres associations et des structures médicales.

Mais l’Îlot ne s’est pas contenté de tracer sa route, faisant face avec professionnalisme à ces contraintes extérieures.

En organisant notre séminaire interne - en novembre dernier - sur le thème de l’implication des personnes accueillies dans le fonctionnement de l’association, nous avons souhaité réfléchir sur notre rapport à l’autre - celui que nous accueillons et que nous aidons à trouver un emploi et un logement -, et sur le regard qu’il porte sur nous. Demander à la personne que nous accueillons de nous aider à faire vivre l’établissement dans lequel elle séjourne, de faire des propositions d’amélioration, de donner son avis sur la qualité de notre travail et de faire part des manques qu’elle ressent dans notre accompagnement, lui demander de témoigner de l’accueil reçu et de l’aide que nous lui avons apportée, tout cela permettra, in fine, de nous adapter au mieux au public accueilli et d’assurer pleinement notre mission de réinsertion.

Cela nous amènera aussi à regarder les personnes accueillies comme des partenaires qui nous aident à progresser et dont nous avons besoin, et non pas seulement comme de simples bénéficiaires de l’aide que nous leur apportons. Ce changement de regard prendra du temps. La démarche que nous engageons est une démarche de fond, qui bousculera nos pratiques.

Celle-ci changera le regard que les bénéficiaires de l’Îlot portent sur nous : progressivement, il cessera d’osciller entre gratitude, insatisfaction, appréhension et même inquiétude, pour devenir celui d’un partenaire qui se sent reconnu et valorisé. Elle changera aussi, par voie de conséquence, le regard qu’ils portent sur eux-mêmes : on y lira sans doute plus de respect de soi, et un nouveau sens des responsabilités vis-à-vis de leur environnement - qu’il s’agisse de l’Îlot ou de la société. Voilà le voeu que nous formons pour les mois et les années à venir.Guillemets fermés.

 

Christian Vilmer
Directeur général de l'Îlot