Gros plan sur un bracelet électronique, porté à la cheville

Sortir de prison sous surveillance électronique

A l’Îlot, un ancien détenu sur six est accueilli dans le cadre d’un Placement sous Surveillance Electronique (PSE) : un aménagement de peine de plus en plus fréquent, réservé aux personnes qui ont trouvé un emploi ou présentent un projet de réinsertion crédible, et qui disposent d’un hébergement adapté.
27
sep
2016
Version imprimable

 

Même avec une promesse d’embauche ou de formation, impossible d’obtenir un placement sous surveillance électronique (PSE) si l’on n’a pas de perspective d’hébergement à sa sortie de prison.

Pour certains détenus, une promesse d’hébergement à l’Îlot est donc la seule chance d’obtenir cet aménagement de peine.C’est aussi une chance supplémentaire de réinsertion, par rapport au placement sous surveillance électronique à son domicile ou chez un proche.

Le travail d’accompagnement de l’Îlot consiste dans un premier temps à faire respecter les diverses obligations liées à cet aménagement de peine, dont l’implication dans une recherche active d’emploi et de réinsertion, et bien souvent le respect d’une obligation de soins. Il consiste aussi, lorsque la fin de la mesure approche, à préparer le retrait du bracelet, vécu parfois comme un « tuteur ».

Car, du respect de la discipline pénitentiaire à l’auto-discipline, la transition ne va pas de soi. Mais, bien accompagné, le port d’un bracelet électronique devient une étape sur le chemin de la réinsertion.

Le parcours de Wilson, accueilli à Chemin Vert en PSE, après 15 ans de détention, en témoigne.

 

Logo PDFDans les Nouvelles de l'Îlot de septembre 2016,
découvrez la manière dont nous accompagnons les personnes sous bracelet électronique.