header
Témoignages
Douglas tient à la main les "Nouvelles de l'Îlot"

Douglas

"Je ne connaissais pas mais on m’a dit que c’était une association qui aidait les gens, à devenir des citoyens, tout ça… c'est comme ça que je suis arrivé."
Version imprimable

Interrogé pour le bulletin d'information de l'Îlot, Douglas témoigne de son parcours depuis qu'il est sorti de prison.

Comment je suis arrivé ici ? C’est un peu long. Ma visiteuse de prison connaissait le mrs. A ma sortie j’y suis allé, et ils m’ont présenté un foyer où je pourrais loger, pas trop loin de ma formation. Je ne connaissais pas mais on m’a dit que c’était une association qui aidait les gens, à devenir des citoyens, tout ça… c'est comme ça que je suis arrivé.

La formation que j'ai suivi a duré 6 mois. C’était une formation de commis de cuisine. Comme j’ai toujours aimé faire à manger, j’ai voulu me former... J’ai passé l’examen et tout, seulement je n’ai réussi que deux catégories sur les quatre : les entrées et les desserts. Du coup, je n’ai pas eu le diplôme. Pour avoir le diplôme, il faudrait repasser l’examen mais il faut attendre un an, c’est trop loin !… Malgré tout je suis content de l’avoir fait. Avec mes deux catégories validées, je peux déjà travailler.

Ça fait 3 mois que la formation est finie. J’ai tout de suite cherché du travail. J’ai vu les gens de SNC tous les mardis. Avec eux on a fait le CV, des tests d’entretiens, j’ai tenté des ateliers d’insertion, et puis ma référente est tombée sur une offre de plongeur. Elle en a parlé à tout le monde au repas du soir, et j’étais le seul intéressé. J’y suis allé, et on m’a pris.

Sur mon CV, je n’ai pas parlé de mes deux ans de prison. Je ne voulais pas mentir, non, mais on ne m’a pas posé la question. Je suis motivé, sérieux, c’est ce qui compte.

C’est dans un restaurant traditionnel, à temps partiel pour le moment. Je suis en CDI et c’est ma période d’essai. On est juste 4 personnes, ça me correspond bien. Je fais la plonge, mais aussi les entrées et les desserts : quand le chef m’a parlé d’un « cul-de-poule » je savais ce que c’était, comme j’avais fait la formation je savais, et il a vu qu’il ne fallait pas tout m’expliquer.

Mon objectif, c’est de faire ma vie. Je cherche un logement : je prendrai ce qui se présente, même si c’est cher. Ça fait presque un an que je suis ici. Ici, c’est bien mieux que la prison, mais ce n’est pas chez moi. Je progresse… il faut que je bouge d’ici.

Ça va aller, je sais que ça va aller.

 

Depuis que nous avons recueilli le témoignage de Douglas, le 5 juin 2015, son employeur a décidé de lui faire confiance en lui offrant de travailler à temps plein. Douglas devrait bientôt quitter l'Îlot pour rejoindre une résidence sociale où il sera encore accompagné quelques temps dans ses démarches, avant de voler définitivement de ses propres ailes. Nous lui souhaitons bonne chance !

Témoignage recueilli le 5 juin 2015, mis à jour le 4 août 2015