header
Témoignages
Portrait de Louis Brousse, bénévole à l'Îlot

Louis Brousse

plaide pour la réinsertion des sortants de prison

"Pour que la prison débouche sur autre chose que la récidive et l'exclusion à perpétuité..."
Version imprimable

Guillemets ouvertsDepuis maintenant deux ans je travaille, en tant que bénévole de l'Îlot, à la mise en place d'un programme de formation qualifiante pour des jeunes délinquants à Perpignan.

Pour beaucoup de nos concitoyens, la libération d’un détenu est perçue comme un danger pour la société.

En réalité, les personnes coupables de crimes, de délits sexuels ou passibles de peines lourdes ne représentent qu’une faible minorité de condamnés. Tous les détenus ne sont donc pas, loin de là, des criminels ou des délinquants dangereux.

La population carcérale est extrêmement diverse : qu’y a-t-il de commun entre une mère infanticide, un braqueur de bijouterie, un voleur de voiture, un escroc ou un jeune condamné à deux mois de prison pour conduite sans permis ?

L’opprobre, compréhensible, envers les auteurs de délits graves aux conséquences douloureuses, s’étend à l’ensemble des délinquants. Trop de nos concitoyens en viennent à considérer que la place d’un condamné est en prison, quelle que soit la faute qu’il a commise, et qu’il serait préférable qu’il en sorte le plus tard possible. Il n’en reste pas moins que 85 000 détenus sortent chaque année de prison. Et, sauf à décider que désormais tout délit sera puni d’emprisonnement à vie, ce nombre ne peut guère diminuer.

Un détenu sortant de prison se retrouve sans emploi, sans argent et souvent sans abri : c’est une recette garantie pour la récidive. Et c’est bien ce que l’on constate : 38 % des détenus sont des récidivistes. La prison n’a pas le pouvoir de dissuasion qui devrait être le sien. L’a-t-elle jamais eu ? 

En prison les détenus, désœuvrés, vivent dans un univers clos où ils perdent tout lien social, ce qui rend encore plus aléatoire leur réinsertion dans la société.

Resocialiser les personnes qui sortent de prison, leur donner un niveau d’instruction minimum, leur donner une formation professionnelle répondant aux besoins des entreprises constituent à l’évidence ce que le général de Gaulle disait du Commissariat au Plan : une ardente nécessité.Guillemets fermés

 

Logo PDFPlaidoyer pour la réinsertion des sortants de prison.
Texte de Louis Brousse pour La Jaune et la Rouge, revue des anciens de l'Ecole Polytechnique.
Décembre 2015

Vous aussi, vous pouvez faciliter la réinsertion après la prison.

 

Témoignage recueilli le 26 janvier 2016