header
Témoignages

Sabrina

"La prison et l’extérieur, ce sont vraiment deux mondes différents."
Version imprimable

 

J’ai 22 ans. J’ai été incarcérée à 19 ans, pour trafic de stupéfiants.

Au début, la prison c’est très dur. On ne sait pas où on met les pieds… je m’y suis adaptée au fur et à mesure. Heureusement, j’ai pu travailler : de la mise sous plis, de la peinture… tout plutôt que de rester dans ma cellule à ne rien faire !

Quand je suis entrée en prison j’étais jeune, je ne voulais écouter personne. La prison ça m’a permis de beaucoup réfléchir, ça a changé ma vision de la vie.

A la base, j’habitais en Guyane. Mais je ne voulais pas retourner là-bas. J’avais eu des problèmes avec ma mère, je ne voulais pas retrouver mes anciennes fréquentations… Au cours de ma détention j’ai été accompagnée par une CIP* qui m’a aidée à trouver une formation, un hébergement à la sortie ; ça s’est passé tout seul, grâce à l’Îlot qui pouvait m’héberger.

Mais la prison et l’extérieur, ce sont vraiment deux mondes différents. A l’intérieur, on fait tout à heure fixe, quand on nous y autorise : manger, dormir, se doucher, se promener… ça m’a pris du temps de me réhabituer à vivre sans ces horaires, sans savoir exactement ce qui se passerait dans les prochaines heures !

Au début, j’ai suivi une « formation mobilisation », qui m’a permis de tester plusieurs métiers. Par exemple comme aide-soignante, mais c’était avec des personnes âgées, ça me faisait trop mal au cœur de les voir comme ça. Par contre, j’ai tout de suite accroché avec le commerce. Depuis quelques mois je suis une formation en alternance, dans un magasin de chaussures.

Grâce à ma référente j’ai pu trouver un logement, et j’emménage cette semaine si tout va bien. A ma sortie je resterai en contact avec elle. C'est rassurant...

A l’Îlot on est bien entouré, bien encadré… la personne qui vient, si elle est motivée, si elle veut s’en sortir, elle pourra s’en sortir. J’aimerais leur dire merci pour ce qu’ils font, parce qu’ils aident beaucoup de personnes, s’ils peuvent… qu’ils continuent !

 

Pour aider d'autres jeunes femmes à sortir de la délinquance, vous pouvez faire un don à l'Îlot.

* Conseillère d'insertion et de probation, au sein de l'administration pénitentiaire

 

 

Témoignage recueilli le 26 février 2014