Jean Celier

Accueil de réfugiés : ce que peut faire l'Îlot

Personne ne peut rester indifférent devant l'afflux des réfugiés fuyant la guerre et les massacres. Sans trahir sa mission première, qui est d’accompagner vers la réinsertion des personnes sortant de prison, l’Îlot s’engage autant que possible à leur venir en aide.
14
oct
2015
Version imprimable

Jean Celier, président de l’Îlot, s’en explique :
 

L’Îlot ne peut pas rester indifférent devant l'afflux des réfugiés fuyant la guerre et les massacres. Mais comment leur venir en aide sans remettre en cause notre mission première et nos engagements ?

Notre association a pour vocation principale d'accueillir en vue d'une démarche de réinsertion les personnes qui ont connu la prison et/ou une condamnation, dans l’un de nos centres d’hébergement et/ou de nos ateliers d’insertion. Nous cherchons, même dans nos centres d'accueil d'urgence, à ne pas accueillir trop de personnes qui ne veulent ou ne peuvent pas entamer des démarches de réinsertion : recherche d’un emploi et d’un logement, travail sur soi, démarches de soins…

Or les personnes déboutées du droit d'asile, que l'on nous demande d'accueillir en urgence et qui restent quelquefois très longtemps, ne peuvent pas entamer ce type de démarches. L’accueil de ces personnes ne correspond pas à notre projet associatif et mobilise des moyens d'accompagnement qui seraient plus utiles si nous accueillions des personnes autorisées à séjourner en France.

Quant aux personnes dont la demande d’asile est en cours d’examen, certains de nos établissements sont en mesure de les accueillir et de les accompagner. La limite est celle de notre priorité pour les personnes sortant de prison, mais nous sommes convaincus qu'une certaine diversité est favorable à l'ensemble des personnes accueillies. Nous pouvons, dans l'urgence, prendre une part de l'effort de tous.

C’est pourquoi l’Îlot :
> est ouvert à l'accueil de demandeurs d’asile et peut accueillir, si nécessaire, quelques couples, familles, femmes ou hommes seuls dans les établissements dont c'est l'objet ;
> veillera à ce que la proportion de personnes accueillies dans ce cadre ne remette pas en cause sa vocation première, qui est d’accompagner dans leurs démarches de réinsertion des personnes sortant de prison ;
> cherchera un financement approprié pour l’accueil de ces personnes, de manière à respecter la cause soutenue par ses donateurs.

Ainsi nous pensons pouvoir participer à l'effort d'accueil du pays sans pour autant nous détourner de notre vocation première.

 

Jean Celier
Président de l'Îlot