« Prendre la peine » d’accueillir des TIG à l’Îlot.

L’Îlot accompagne les personnes sortant de prison à prendre un nouveau départ mais permet également aux personnes condamnées à une peine alternative telle le Travail d’intérêt général (TIG) d’exécuter leurs peines. Afin de rendre compte de notre action en direction des personnes condamnées au TIG, nous sommes allés recueillir les témoignages de l’équipe de notre chantier d’insertion par l’activité économique d’Amiens, les Ateliers de l’Îlot, et ceux de personnes accueillies dans cet établissement pour exécuter leurs peines.
28
mar
2018
Version imprimable

Comment s’organise l’accueil de TIG aux Ateliers de l’Îlot ?

Les Ateliers de l’Îlot accueillent en moyenne une cinquantaine de personnes condamnées au TIG par an. L’Îlot Gourmand, restaurant-traiteur, et l’Auto bleue, mécanique et nettoyage automobile, sont les deux ateliers où sont majoritairement accueillis les TIG.

La mise en place de la peine de TIG au sein des Ateliers suit le parcours suivant :

Selon Jean-Michel Titrent, responsable de l’établissement, et Guillaume Sannier, conseiller en insertion professionnelle au sein des ateliers, le TIG qui vient réaliser sa peine aux ateliers a la possibilité de faire un premier pas dans un parcours d’insertion professionnelle car « en règle générale, nous accueillons des TIG qui ont au minimum 70 H à réaliser de façon à avoir le temps de leur faire découvrir notre activité et le métier de l’atelier qu’ils vont rejoindre. ». Bien évidemment, toutes les personnes accueillies en TIG n’ont pas de problématiques en lien avec l’insertion et n’ont besoin de l’aide de l’Îlot que dans le cadre de l’exécution de leur peine, elles reprennent le cours de leurs vies normalement après le TIG. Dans ce cas, nous contribuons « seulement » à leur permettre d’exécuter une peine de manière à leur éviter la rupture de leur vie professionnelle, sociale et familiale que représenterait une incarcération.

Conformément aux textes encadrant cette peine, le TIG au sein des Ateliers se veut formateur pour la personne condamnée et utile à la collectivité. « Généralement je n’accueille pas plus de deux TIG en même temps afin de les encadrer convenablement, mais je ne fais pas de différence entre les TIG et les salariés en insertion dans les missions que je leur confie. Ils font la cuisine, la préparation, le service, la plonge, le nettoyage… Ils effectuent exactement le même travail que les autres. » nous explique Frédérique Piana, responsable de l’atelier restauration et tutrice de TIG. Pour aller plus loin sur cette notion de double utilité qu’a le TIG, Guillaume Sannier rappelle qu’aux Ateliers comme ailleurs « la clé d’un bon accueil repose avant tout sur la qualité d’écoute et d’encadrement dont est capable l’équipe de la structure d’accueil. Être strict et à la fois rester bienveillant… comme on le fait avec les autres personnes que nous accueillons ici sur des contrats d’insertion car en définitive ce n’est pas plus compliqué d’accueillir un TIG qu’une personne très éloignée de l’emploi. » tout en ajoutant pour illustrer la volonté des équipes à former les TIG qu’ils accueillent : « Pour moi c’est une alternative à la peine très intéressante notamment pour les moins de 30 ans car bien souvent elle permet à des personnes jeunes et éloignées de l’emploi de se mettre en action. Et puis, si des structures telles que les nôtres qui ont vocation à pousser tout le monde vers le haut ne le font pas, qui le fera ? ».

Découvrez l’intégralité de l’entretien avec Guillaume qui nous parle de l’accueil des TIGs au sein des Ateliers de l’Îlot :

 

Et du côté des personnes accueillies, comment se déroule un TIG aux Ateliers de l’Îlot ? 

Dans le cadre de la réalisation de ce reportage, nous avons rencontré plusieurs personnes qui sont passées aux Ateliers dans le cadre du TIG. Pour certains, comme Anthony actuellement en contrat d’insertion à l’Îlot Gourmand (voir interview vidéo ci-dessous), le TIG a été un élément clé dans la construction d’un parcours d’insertion professionnelle.

Découvrez l’intégralité de l’entretien avec Anthony qui nous parle du TIG qu’il a réalisé aux Ateliers de l’Îlot et de son embauche en contrat d’insertion après le TIG  :

Pour les autres, rencontrés pendant l’exécution de leur peine ou juste après, ils revendiquent tous avoir choisi le TIG pour mettre du sens dans leur condamnation. Soit pour soi : « Moi, le TIG j’ai envie de dire que ça m’a « remis dans la vie » car je dois me lever pour aller travailler. C’est mieux d’avoir une vie de travailleur ! » nous confiera par exemple Rémi, actuellement en TIG à l’Auto-Bleue ; soit pour les autres, comme M. qui y a vu une dernière chance pour lui mais aussi pour sa famille pour qui il aurait été un « fardeau » si il avait choisi la surveillance électronique chez lui, ou qu’il aurait dû « abandonner » si il avait été placé en détention. Tous ceux qui ont accepté de nous répondre l’ont fait avec beaucoup de pudeur voir d’effacement comme le sont bien souvent les condamnés… pour eux, l’heure n’est pas encore à la projection au-delà du TIG. Même s’ils pensent à l’après, ils ne s’y projettent pas.

« Manque de confiance en soi et en la société, honte en lien avec la peine, parcours de vie compliqués, pas de qualification, pas de famille, pas d’espoir, pas d’envie, peur du lendemain, pas de permis, pas de diplôme, sentiment d’inutilité… besoin d’être entendu, écouté, accompagné, envie d’apprendre, de rencontrer, d’échanger… » sont les sujets qui reviennent au cours des différents échanges avec eux.

Bien sûr, il leur sera possible pendant le TIG de se confier à nos équipes et de se laisser guider par ces professionnels bienveillants mais il apparait évident au vu de ces échanges qu’il reste un énorme travail à accomplir pour que cette peine au-delà de sa réponse à l’intérêt général réponde également et principalement aux intérêts des personnes qui y sont condamnées.

 

Pour réfléchir au sens de cette peine, à ses spécificités, aux leviers à actionner pour l’étendre, à l’impact qu’elle a sur les personnes… l’équipe de l’Îlot vous donne rendez-vous ce jeudi 29 mars à Amiens pour l’étape du Tour de France du TIG et à Paris, le 27 juin pour la clôture de cette année de rencontre riche en réflexion pour les suites à donner à l’exécution de cette alternative à l’enfermement.

 

ALLER PLUS LOIN à Retrouvez l’intégralité des témoignages des personnes rencontrées aux Ateliers de l’Îlot dans notre rubrique « Témoignages ».